FACEBOOK INSTAGRAM PINTEREST YOUTUBE
FACEBOOK INSTAGRAM PINTEREST YOUTUBE

Vision board : mon bilan, six mois plus tard

09/05/2018

Visin Board, bilan, hindspired

Temps de lecture : 4 min – 

Lorsque je suis rentrée en France, en septembre 2017, après plusieurs années de voyages et de vie à l’étranger, le retour n’a pas été évident. Tous ceux qui reviennent au bercail après des années d’expatriation te le diront, « c’est pas une sinécure ». C’était le moment parfait pour réaliser un vision board, pour m’ancrer un peu plus. L’ancrage, c’est la base !

Six mois après la réalisation de ce tableau de visualisation, je te fais mon bilan.

En novembre 2017, j’ai acheté du papier Canson, des magazines, des crayons de couleur et j’ai imprimé tout un tas de phrases et d’images qui m’inspiraient. J’ai pris le temps d’y réfléchir et j’ai laissé mon cœur et mes envies parler pour créer ce fameux tableau de visualisation. Une heure pour soi aux vertus méditatives, y a rien de mieux !

Vision board : mon bilan, six mois plus tard

Le matériel collecté pour le vision board

Voici ce que ça a donné :

Vision board : mon bilan, six mois plus tard

Mon vision board du mois de novembre 2017

La signification de mon vision board

Au centre, j’ai placardé la loi de l’attraction qui me tient tant à cœur. Je crois dur comme fer qu’on attire ce qui nous arrive. C’était comme une promesse envers moi-même pour ne pas baisser les bras dans les moments de découragement. Autour, j’ai fait graviter mes souhaits les plus chers, ceux qui résonnaient vraiment en moi, pour l’année à venir.

Le « 11:11 » est un petit clin d’œil à la série de doubles chiffres que je n’arrêtais pas de voir à cette époque. Surtout le 11:11. Sur mon téléphone, dans la rue, sur mon ordi… c’était troublant. En faisant ma petite recherche, j’ai appris qu’en numérologie cette combinaison représente la porte symbolique vers une meilleure version de soi-même et vers des changements importants dans sa vie. Ça tombe bien, j’étais prête !

En bas à droite, j’ai représenté mon envie de redevenir freelance dès que possible, de développer mon blog et de reprendre la photo et l’écriture. J’ai également exprimé mon intérêt pour le montage vidéo et audio dans le but de développer un projet de podcast.

Juste au-dessus, j’ai demandé à l’univers de me permettre de continuer à voyager. C’est ce qui m’a toujours portée et qui m’inspire encore et toujours.

En face, j’avais illustré ma volonté de continuer à apprendre la couture et le tricot. Je cherchais aussi intensivement un appartement à l’époque. Je rêvais de mon petit cocon et d’un canapé d’angle à moi.

En ce qui concerne Make my Lemonade, je voulais surtout souligner mon admiration pour la créatrice de ce blog, Lisa Gachet, puisque j’aspirais à un parcours similaire. Si tu ne connais ni le blog ni la femme derrière, tu seras surpris de découvrir tant de talent, de pugnacité et de créativité. C’est inspirant.

Quelques semaines avant de réaliser mon tableau, j’ai participé, un peu par hasard, à un concours pour assister à un atelier de couture avec Make my lemonade. À ma grande surprise, j’ai décroché une place et j’ai pu réaliser sa robe Daria, avec elle.

https://makemylemonade.com/comment-coudre-une-robe-daria/?

© Make my lemonade – https://makemylemonade.com/

Son parcours et sa persévérance inspirent le respect et j’avais envie de l’illustrer en guise de rappel. Une sorte de : « Allez, bouge-toi ! Regarde ce que ça fait quand on bosse dur et qu’on y met du cœur ».

Enfin l’assiette représentait ma volonté de mieux manger et de réussir le pari de rester végétarienne, puisque je l’étais devenue peu de temps avant la réalisation de mon vision board.

Six mois plus tard, le bilan

Épatée, et le mot est faible.

Les changements relatifs à mon vision board n’ont dans l’ensemble pas eu lieu tout de suite. Entre mon arrivée en France (à Paris), et maintenant, il y a eu un déménagement à Lyon et une prise de poste de quelques mois dans une entreprise. Je ne perdais pas mon vision board de vue, mais les nécessités de la vie et les besoins matériels m’ont détournée pendant plusieurs mois de mon blog et de mes projets.

Mais à partir du moment où les choses se sont stabilisées et où j’ai décidé qu’il fallait que je mette en pratique les préceptes de mes commandements à moi, tout est allé très vite.

Commençons par ma volonté de reprendre la couture et le tricot. C’est chose faite ! Depuis environ 1,5 mois, je suis des cours dans chaque discipline. J’en suis à mon deuxième bonnet tricoté et à ma deuxième pièce de vêtement cousue par mes soins. Des activités qui m’ont aussi permis de découvrir une communauté de Lyonnaises sympathiques que j’aime retrouver chaque semaine.

Côté logement, et après des mois de déboires et de petits découragements, mon mari et moi avons réussi à trouver un bel appartement avec un balcon généreusement arrosé depuis peu par le soleil d’après-midi. Le canapé d’angle avec !

Cela fait un peu plus d’un mois que je retravaille à mon compte et peux désormais prendre le temps de réintégrer mon blog dans mes tâches quotidiennes. Bien que tiraillée par la peur avant de sauter le pas, je m’en sors en fait très bien, travaille sur des projets professionnels stimulants et recommence à rêver en grand.

Je suis encore végétarienne et ne compte pas retourner en arrière. La force de mes convictions éthiques et environnementales rend le changement facile. Et puis, la nécessité de gagner en créativité quand on ne mange plus de chair animale implique d’améliorer ses talents en cuisine. C’est gourmand et je ne pensais pas que ça pourrait l’être autant. J’ai découvert de nouveaux légumes et produits, et de nouvelles manières de les accommoder. Si tu goûtais ma bolognaise végétarienne, tu n’y reviendrais pas !

La seule chose que je n’ai pas encore réussi à réintégrer, c’est le voyage. J’y travaille !

Dans l’ensemble, j’ai trouvé l’exercice très efficace puisque la représentation visuelle de mes projets ou désirs, sous mes yeux à tout moment, m’a aidée à ne pas baisser les bras. Contrairement à une to-do-list, j’ai ressenti un attachement plus émotionnel et positif à ma liste, ce qui m’a encouragée à m’y tenir. Je n’hésiterai pas à composer un autre vision board (peut-être plus thématique) dans quelques mois.

Si toi aussi tu as envie d’en réaliser un, mais que tu ne sais pas trop comment t’y prendre, tu peux aller lire l’avis de la coach Marion Guiset sur le sujet ou écouter le podcast que j’ai réalisé avec elle.

** Je tiens à indiquer que je ne retire aucun avantage financier à mentionner le blog Make my lemonade. Je le fais simplement par intérêt pour son contenu et sa créatrice.

2 réponses à “Vision board : mon bilan, six mois plus tard”

  1. Souchere flore dit :

    C’est très inspirant ! J’adore…
    Bravo pour tout le travail accompli,
    Je suis pressée de lire la suite…

  2. Rémi dit :

    Merci Hind pour nous partager tes idées, ta créativité et ton réflexions! c’est un un grand plaisir de te lire et t’écouter:)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

HindSpired, c’est le journal d’une femme en quête de sens. Je m’appelle Hind & tout a commencé avec le sentiment d’être un peu perdue & de vouloir changer de vie. J’ai alors commencé à chercher les réponses à mes questions en voyageant, en lisant, en méditant & en posant beaucoup de questions autour de moi & à des gens très différents. Je partage ici mes trouvailles. Tu vas trouver au fil de ces pages des réflexions, des discussions & des outils pour t’aider à créer une vie à ton image & à faire le plein d’inspiration !