FACEBOOK INSTAGRAM PINTEREST YOUTUBE
FACEBOOK INSTAGRAM PINTEREST YOUTUBE

« Les Récupérables » : et si l’avenir de la mode c’était la récup ?

29/05/2018

Les récupérables, Anaïs Dautais Warmel

Temps de lecture : 2 min 40 –

Pourquoi produire de la nouvelle matière quand on peut partir de ce qui existe déjà ? Une évidence pour Anaïs Dautais Warmel, la fondatrice de la marque Les Récupérables, que j’ai eu le plaisir de rencontrer pour parler de son entreprise éthique et de revalorisation textile.

 Podcast disponible sur SoundCloudApple Podcast & YouTube

Le regard bleu-vert éclatant et un immense sourire aux lèvres, elle me retrouve au Ho36 Hostel à Lyon pour une entrevue presque improvisée. On s’assoit et on parle de l’industrie textile, d’économie circulaire, de son engagement et de sa marque.

Anaïs Dautais Warmel, fondatrice des Récupérables - © Hindspired

Anaïs Dautais Warmel, fondatrice des Récupérables – © Hindspired

On aborde directement le sujet de l’industrie textile, la 2e la plus polluante au mode. C’est un secret de Polichinelle : les ateliers sont insalubres et les conditions de travail inhumaines.

On se rappelle du drame du Rana Plaza au Bangladesh et de la souffrance des ouvrières du coton. Ces femmes se démènent six jours sur sept pour un salaire ridicule qui les maintiens dans la misère. On parle du scandale du coton ouzbek – que les grandes marques low-cost utilisent. Et j’en passe…

Une situation qu’Anaïs tente de combattre à sa façon. Elle me parle avec passion de son engagement et me rappelle le travail de Nayla Ajaltouni, la coordinatrice du collectif « Éthique sur l’étiquette », qui œuvre pour améliorer les conditions de travail dans l’industrie de l’habillement.

Rien ne se perd, tout se transforme

Décidée elle aussi à faire sa part, Anaïs lance Les Récupérables en 2016. Plutôt que de se résigner face aux limites du système, elle voit tout le potentiel créateur des fins de rouleaux, des rideaux de mamie, des tissus non conformes et des chutes. Elle se lance.

Elle met à profit ses années d’expérience dans le monde de la fripe et collabore avec les Ressourceries, Emmaüs ou Le Relais Val de Seine (une friperie solidaire). Elle délègue ensuite la confection à de petits ateliers parisiens ou des ateliers d’insertion professionnelle comme Concept Insertion.

La matière première est imprévisible, rare, éphémère et Anaïs doit souvent redoubler d’ingéniosité, parce que cinq mètres d’un tissu sublime, c’est peu.

Elle les récupère et en fait des pièces uniques et élégantes, qu’elle s’amuse à décrire comme « rétro-modernes ». On dirait bien la mode du futur, celle qui pourrait sauver le monde.

La classe dans tous les sens du terme.

Le cycle des récupérables

Anaïs me décrit un peu sa journée type (il n’y en a pas en fait) et décortique pour moi le cycle de création de ses pièces.

Process - Les Recuperables - https://www.lesrecuperables.com/process/

© Les Récupérables – https://www.lesrecuperables.com/process/

Au fil de la conversation, je me rends compte à quel point j’ai encore du chemin à parcourir malgré mes convictions. Je suis loin d’être parfaite dans mon approche et je porte encore des t-shirts en coton sûrement ouzbek. Oui j’ai drastiquement réduit ma consommation, oui j’essaye d’acheter de la seconde main, mais je peux encore mieux faire. Son discours et son engagement inspirants éveillent en moi un surplus de conscience.

« Je peux mieux faire. On peut tous mieux faire ». On peut tous être des acteurs de « la bataille culturelle » dont parle le réalisateur Cyril Dion dans son livre « Petit manuel de résistance contemporaine ». Parce que si Anaïs met tout son cœur dans son travail, et que j’ai voulu la rencontrer pour t’en parler, c’est justement pour qu’on soit tous inspirés. Il faut qu’on s’abreuve de récits qui donnent envie de changer les choses. Et qu’on agisse.

Il n’est pas question ici de culpabiliser quiconque, mais elle comme moi, on a juste envie que nos comportements respectueux de l’environnement ne soient plus seulement anecdotiques.

Si tu as envie d’écouter l’interview d’Anaïs dans son intégralité, c’est ici :

Et aussi sur iTunes et YouTube.

Une réponse à “« Les Récupérables » : et si l’avenir de la mode c’était la récup ?”

  1. Merci Hind pour ce podcast et cet article très intéressants qui me permettent de retrouver Anaïs! Je l’ai rencontrée au début de l’aventure Les Récupérables et c’est avec beaucoup de joie que je vois que son projet prend de l’ampleur, est engagé et inspire à son tour nombre de personnes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

HindSpired, c’est le journal d’une femme en quête de sens. Je m’appelle Hind & tout a commencé avec le sentiment d’être un peu perdue & de vouloir changer de vie. J’ai alors commencé à chercher les réponses à mes questions en voyageant, en lisant, en méditant & en posant beaucoup de questions autour de moi & à des gens très différents. Je partage ici mes trouvailles. Tu vas trouver au fil de ces pages des réflexions, des discussions & des outils pour t’aider à créer une vie à ton image & à faire le plein d’inspiration !